Les articles de blog que j’ai aimés cette semaine

hérisson

J’avais des plantes étranges qui poussaient dans ce qui me sert de pelouse. Difficile de trouver leur nom et du coup, la méthode idéale (bio) pour les éliminer. Avec ce site, ça a été réglé en quelques instants. Je vais modifier légèrement le terrain et ça devrait aller.

Parfois un peu outré, mais un must pour ne pas se fondre dans le décor sous prétexte qu’on n’a plus vingt ans.

Et si, comme moi vous appréciez bon sens pratique et explications claires, ne ratez pas le blog de Lauriane.

 

2 Commentaires

Classé dans Mon avis

Vous ne rangez pas? Il y a forcément une bonne raison

cuisine a rangerEntendu fréquemment:

  • Je ne comprends pas: j’ai mis en place un classement de mes papiers à la maison, mais ils s’entassent toujours!
  • J’ai plus ou moins rangé mes vêtements; n’empêche qu’en quelques jours, c’est de nouveau une zone de guerre!
  • J’ai expliqué à toute ma famille comment ranger les choses dans la cuisine, mais on dirait qu’ils n’ont pas compris, parce que le bazar revient encore et toujours!

Pourquoi? Si l’ordre ne tient pas dans la durée, c’est qu’il y a une bonne raison.

Explications:

  • Votre classement est très au point.
    Tellement au point que vous avez des chemises cartonnées, qui contiennent des sous-chemises, lesquelles contiennent encore un autre niveau de sous-chemises, etc.
    Trop soucieux(se) de bien faire, vous avez rendu votre classement tellement sophistiqué que, pour arriver à la LA bonne catégorie… ça prend un temps fou. Et personne n’a le courage de s’y coller.
  • Votre placard est dans le noir, sombre, à contre-jour. Alors, quand vous avez rangé, samedi après-midi, c’était très bien: on voyait tout.
    Mais lorsque vous partez au travail le matin ou rentrez le soir, la lumière n’est plus du tout la même. Vous prenez et jetez au hasard les vêtements.
    Ou alors, vos piles étaient trop hautes et pour attraper un tee-shirt, il faut en retirer cinq qui sont au-dessus. Et comme vous n’avez pas de surface plane à côté de vos étagères et qu’une seule main ne permet pas de tenir les cinq tee-shirts bien pliés… en quelques jours, c’est Bagdad.
  • Dans votre envie de bien faire, vous avez oublié la règle des cinq niveaux de rangement. Or, la plupart des membres de notre famille ne sont pas prêts à faire autant d’effort que nous pour prendre puis ranger un objet à sa place.
    Simplifiez le nombre de gestes, regroupez par logique et non par place disponible dans les placards et vous verrez, ça ira mieux.

Du coup, puisque je suis sûre que vous avez compris l’idée, regardez les zones de désordre chez vous et demandez-vous, avec un oeil neuf, ce qui coince: lumière faible , tiroir qui grince, étiquettes illisibles, excès de sophistication, endroits difficiles d’accès, petites manies contre-productives? Il y a toujours une bonne raison.

Note personnelle: un grand merci à tous ceux qui sont venus à l’atelier « mind mapping » de la médiathèque des Ulis, samedi dernier. Vous étiez 80 personnes, pas mal!

Une pensée pour vous, les lectrices du blog, venues parfois de très loin, avec qui je n’ai pas eu le temps de bavarder, hélas. Et tous mes encouragements à vos enfants, que vous avez amenés et qui auront maintenant un outil à leur portée pour noter et mémoriser leurs cours.

Pour celles et ceux qui auraient aimé venir mais qui n’ont pas pu, je réfléchis à une deuxième session début 2015. Je vous tiendrai au courant, bien sûr.

13 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Un seul

uniqueEn informatique, il y a une règle que j’aime bien : l’unicité de l’information. On évite les doublons,  tout simplement.

A quoi votre intérieur ressemblerait-il si, à chaque fois que possible, vous arriviez à vous contenter d’un seul exemplaire de chaque objet? Ah, bien sûr, ça signifie qu’il faudrait prendre son temps pour trouver « le bon » objet. Et l’utiliser jusqu’à la trame, si je peux dire.

Quelques exemples (pris de ma propre vie, vous savez que je pratique ce que je prêche):

- une seule théière (dur, quand on sait que je carbure au thé)

- une seule trousse de toilette

- une seule valise

- un seul couteau à tout faire (et de quoi l’aiguiser, évidemment)

- un seul gel douche/shampooing

- un seul sac « shopping »

- une seule bougie en cours

- un seul parapluie

- une seule montre

etc…

Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain, mais progressivement. En éliminant objet par objet, celui qui est cassé, celui qui ne marche pas si bien, celui qui est moche au-delà du raisonnable, celui qui est finalement inutile,

  • notre maison devient plus claire,
  • on ne cherche plus,
  • ranger devient… presque inutile
  • on ne se pose plus la question du choix pour tout, ce qui peut être fatigant à la longue.

Il se peut que ce soit une démarche de la maturité, cependant.

Ainsi, lorsque je travaille avec des trentenaires, ils me semblent plus dirigés vers l’acquisition de nouveaux objets (cuisine, objets à usage culturel ou de divertissement, vêtements).

Que pensez-vous de cette aspiration à plus de simplicité? Est-ce une question de génération? Vous imaginez-vous avec moins d’objets ayant le même usage? Ou pas du tout?

 

43 Commentaires

Classé dans Mon avis, S'organiser à la maison

Se rencontrer à la médiathèque des Ulis

mind map procrastination1Samedi 25 octobre, j’anime un atelier  « Découverte du mind mapping », à la médiathèque F. Mitterrand aux Ulis (91) de 11 h 00 à 12 h 30.

 

Venez découvrir comment utiliser au mieux le potentiel extraordinaire de votre cerveau pour:

- apprendre

- prendre des notes

- booster votre mémoire

- faire des synthèses…

Si vous ne connaissez pas du tout, sachez que nous allons imaginer, dessiner, organiser nos idées… bref, nous amuser.

J’espère que vous viendrez nombreux , c’est gratuit et la médiathèque nous prête le matériel.

 

 

29 Commentaires

Classé dans Dans les media, Mon avis, Organisation au travail, S'organiser à la maison

L’art du désencombrement

ligueAh tout ça, ça vous gêne, ça vous encombre, vous voudriez bien vous en débarrasser! Mais le désencombrement est un art, Messieurs-dames. On ne devient pas Meilleur  Ouvrier Désencombreur de France en une nuit. Certes pas.

Voyons, si vous vouliez devenir champion en une certaine discipline, que vous faudrait-il?

  • Apprendre la technique avec quelqu’un qui sait. Vous êtes sur ce blog: et d’une.
  • Pratiquer en commençant modeste. Chaque chose en son temps.
  • Progresser là où vous êtes un peu plus faible et maintenir là où vous êtes le plus fort.

1- La technique

Facile. Je vous l’explique depuis 5 ans dans la rubrique « désencombrement express » (cf moteur de recherche)

2- La pratique

La ruse est là: minimiser les obstacles pour pouvoir pratiquer régulièrement. Quels sont-ils?

  • les obstacles matériels. Exemple: ne commencez pas à désencombrer les objets pour lesquels il vous faut l’avis de quelqu’un ou sa coopération.
  • les obstacles émotionnels. Exemple: refusez de vous attaquer d’emblée aux lettres d’amour et photos. Les médicaments, les stylos promotionnels, voire les chaussures, c’est plus facile.
  • les obstacles mentaux. Exemple: interdisez-vous de désencombrer pendant plus d’une heure. Seuls les maniaques pros tiennent le coup.

3- Vos forces et faiblesses

  • vous prenez facilement des décisions, vous avez confiance en vous (et dans votre capacité à retrouver/racheter les objets): ce sont des points forts qui vous seront bien utiles pour désencombrer.
  • vous attribuez des pouvoirs qu’ils n’ont pas toujours aux objets (symboles, souvenirs, aucazous…), vous pensez que ranger c’est cacher: ce sont des points faibles sur lesquels il vous faudra travailler, en relisant par exemple cet article et celui-là.

Et un jour, on créera la Ligue des Désencombreurs de France (et de Belgique et du Canada, évidemment) et ce sera très drôle. Parce que nous, on n’aura pas besoin de pot-de-vin ni de dopage.

 

 

12 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Gérer ses priorités: un mythe?

gandhi priorités

L’action reflète les priorités

J’interviens en entreprise, vous le savez. Parfois, le titre de ma formation à l’organisation personnelle devient quelque chose comme « S’organiser et gérer ses priorités ». Parce que c’est ainsi que s’expriment les participants ou, plus souvent, les managers des participants.

De même que je suis persuadée qu’on ne gère pas son temps, je leur montre qu’on ne gère pas ses priorités. A l’issue de la formation, tout le monde est d’accord avec ça.

Pourquoi ne gère-t-on ni son temps ni ses priorités? Parce que, la seule chose que vous pouvez manipuler à votre guise, ce sont vos actions. Or, pour jongler avec vos actions et être sûr(e) de toujours faire ce qu’il faut, quand il faut, sans rien oublier, ce sont d’abord vos projets qu’il faut définir. On part de votre description de poste si vous êtes salarié(e) ou de votre vision de l’avenir si vous êtes à votre compte, et on commence d’abord par identifier ceci: « à quoi suis-je payé(e)/qu’est-ce que je veux accomplir? »

Les priorités (à ne pas confondre avec les urgences) déterminent ce qui est important pour vous.

Mais attention, il se peut qu’elles changent et c’est bien normal. En revanche, si vous avez du mal à choisir vos priorités, vous risquez d’avoir du mal à agir.

Je vais vous montrer à l’aide d’un exemple de vie privée comment cela se passe.

Mon projet (ou objectif): nourrir ma famille ce soir.

Mon choix de priorités:

  • faire un repas équilibré
  • faire un repas rapide à préparer
  • faire un repas qui entraîne peu de nettoyage après
  • faire un repas économique

Dans tous les cas, je m’y engage, ma famille sera nourrie: objectif atteint.

Mais il faudra que j’accepte que je ne pourrai peut-être pas tout avoir à la fois: une cuisine propre en permanence, un porte monnaie bien plein et un repas prêt en 10 minutes.

Parfois, parce que d’autres projets viennent s’ajouter (réunion de parents d’élèves ce soir-là, mettons), les priorités devront être modifiées. Le repas sera nécessairement moins économique ou moins équilibré.

En tout cas, ce sont les actions, « passées au filtre » de mes priorités, que je pourrai gérer, c’est-à-dire décider de réaliser à tel moment, de telle façon, avec tel outil etc.

Exemples d’actions possibles selon mes priorités: jeter un oeil dans ma réserve pour cuisiner exclusivement à partir des produits qu’elle contient, commander une pizza, recycler des restes d’hier,…

A retenir de cet article: Ce ne sont pas les priorités que l’on gère, mais les actions.

Encore faut-il, me direz-vous, avoir une vision claire et complète des actions possibles pour tous les projets de façon à pouvoir choisir quoi faire et quand le faire. Vous trouverez astuces et méthodes dans cet article (comment je gère tout ce que j’ai à faire) et celui-ci.

Pour compléter votre lecture:

On parlait déjà ici de ce qu’il faut faire quand les projets s’accumulent.

Et si l’idée de vous former à une méthode d’organisation solide vous titille, regardez par ici. Ou bien, procurez-vous la « bible » de l’organisation.

7 Commentaires

Classé dans Organisation au travail, S'organiser à la maison

Désencombrement express: écharpes et foulards

via Prima

via Prima

Je ne sais pas par chez vous, mais ici, il commence à faire drôlement frisquet le matin. Du coup, j’ai jeté un oeil (critique, forcément critique) sur mes écharpes et foulards, que j’avais gaiement mis de côté quelque temps après mon défi 333.

Ce qui m’a donné l’idée du désencombrement express que je vous propose aujourd’hui.

POSTULAT DE DÉPART

Si l’ornement (pour faire plus court que « foulards z’et écharpes ») dessert votre image de marque, il doit partir vers de nouveaux horizons.

  • Il est chaud? Je ne veux pas le savoir.
  • Il est récupéré de Pierre, Paul ou Jacqueline? M’en fous.
  • Il est original? Ca ne suffit pas à le garder.

Ah oui, c’est comme ça, on ne rigole pas avec son image de marque.*

Je crois qu’il est temps, avant d’aller plus loin, que l’on se mette d’accord sur cette notion d’image de marque, … de look, disons. Une femme (mais c’est pareil pour un homme) qui se porte un minimum de respect et qui est amenée à fréquenter d’autres êtres humains devrait, à mon sens, faire attention à ne pas envoyer de faux messages la concernant. Qui souhaite projeter une image de négligence, manque de soin, manque d’entretien, manque de goût, vieillie avant l’heure, mauvaise mine pour cause de couleur mal choisie? Personne.

Pour résumer: originalité, oui, si on aime ça. Mocheté, non. Et ça n’a rien à voir avec les moyens financiers.

J’avais abordé la question de notre aspect visuel lors du désencombrement express de mes bijoux fantaisie. Et des sous-vêtements. Et des chaussures. Et des sacs à main. Vous sentez comme une tendance, là?

 

DÉMARRAGE OFFICIEL DU DÉSENCOMBREMENT

Gardant mes remarques en tête, et vous répétant en boucle « je vaux mieux que ça, ce truc ne me mérite pas » partez à la chasse des ornements qui vous nuisent.

Quelques pistes? L’écharpe en acrylique de chez M&H qui bouloche à l’infini, le snood qui gratte (voir photo) , le foulard qui mémèrise, le machin pseudo-ethnique/paréo/nappe de pique-nique… on a l’embarras du choix. Cela dit, que celle qui n’a jamais fait d’erreur de shopping nous jette la première pierre.

Mettons-les donc de côté pour les donner ou pour bourrer un… comment on appelle ça… l’espèce de boudin qu’on met derrière la porte, au sol, pour bloquer les courants d’air, vous voyez? Ca et vos vieux collants, ce sera parfait.

* Je tiens à informer les nouveaux lecteurs de ce blog que je suis connue en général pour ma diplomatie et que ce style « adjudant »  est plus destiné à vous faire sourire qu’à vous faire peur.

15 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison