Se rencontrer à la médiathèque des Ulis

mind map procrastination1Samedi 25 octobre, j’anime un atelier  « Découverte du mind mapping », à la médiathèque F. Mitterrand aux Ulis (91) de 11 h 00 à 12 h 30.

 

Venez découvrir comment utiliser au mieux le potentiel extraordinaire de votre cerveau pour:

- apprendre

- prendre des notes

- booster votre mémoire

- faire des synthèses…

Si vous ne connaissez pas du tout, sachez que nous allons imaginer, dessiner, organiser nos idées… bref, nous amuser.

J’espère que vous viendrez nombreux , c’est gratuit et la médiathèque nous prête le matériel.

 

 

17 Commentaires

Classé dans Dans les media, Mon avis, Organisation au travail, S'organiser à la maison

L’art du désencombrement

ligueAh tout ça, ça vous gêne, ça vous encombre, vous voudriez bien vous en débarrasser! Mais le désencombrement est un art, Messieurs-dames. On ne devient pas Meilleur  Ouvrier Désencombreur de France en une nuit. Certes pas.

Voyons, si vous vouliez devenir champion en une certaine discipline, que vous faudrait-il?

  • Apprendre la technique avec quelqu’un qui sait. Vous êtes sur ce blog: et d’une.
  • Pratiquer en commençant modeste. Chaque chose en son temps.
  • Progresser là où vous êtes un peu plus faible et maintenir là où vous êtes le plus fort.

1- La technique

Facile. Je vous l’explique depuis 5 ans dans la rubrique « désencombrement express » (cf moteur de recherche)

2- La pratique

La ruse est là: minimiser les obstacles pour pouvoir pratiquer régulièrement. Quels sont-ils?

  • les obstacles matériels. Exemple: ne commencez pas à désencombrer les objets pour lesquels il vous faut l’avis de quelqu’un ou sa coopération.
  • les obstacles émotionnels. Exemple: refusez de vous attaquer d’emblée aux lettres d’amour et photos. Les médicaments, les stylos promotionnels, voire les chaussures, c’est plus facile.
  • les obstacles mentaux. Exemple: interdisez-vous de désencombrer pendant plus d’une heure. Seuls les maniaques pros tiennent le coup.

3- Vos forces et faiblesses

  • vous prenez facilement des décisions, vous avez confiance en vous (et dans votre capacité à retrouver/racheter les objets): ce sont des points forts qui vous seront bien utiles pour désencombrer.
  • vous attribuez des pouvoirs qu’ils n’ont pas toujours aux objets (symboles, souvenirs, aucazous…), vous pensez que ranger c’est cacher: ce sont des points faibles sur lesquels il vous faudra travailler, en relisant par exemple cet article et celui-là.

Et un jour, on créera la Ligue des Désencombreurs de France (et de Belgique et du Canada, évidemment) et ce sera très drôle. Parce que nous, on n’aura pas besoin de pot-de-vin ni de dopage.

 

 

12 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Gérer ses priorités: un mythe?

gandhi priorités

L’action reflète les priorités

J’interviens en entreprise, vous le savez. Parfois, le titre de ma formation à l’organisation personnelle devient quelque chose comme « S’organiser et gérer ses priorités ». Parce que c’est ainsi que s’expriment les participants ou, plus souvent, les managers des participants.

De même que je suis persuadée qu’on ne gère pas son temps, je leur montre qu’on ne gère pas ses priorités. A l’issue de la formation, tout le monde est d’accord avec ça.

Pourquoi ne gère-t-on ni son temps ni ses priorités? Parce que, la seule chose que vous pouvez manipuler à votre guise, ce sont vos actions. Or, pour jongler avec vos actions et être sûr(e) de toujours faire ce qu’il faut, quand il faut, sans rien oublier, ce sont d’abord vos projets qu’il faut définir. On part de votre description de poste si vous êtes salarié(e) ou de votre vision de l’avenir si vous êtes à votre compte, et on commence d’abord par identifier ceci: « à quoi suis-je payé(e)/qu’est-ce que je veux accomplir? »

Les priorités (à ne pas confondre avec les urgences) déterminent ce qui est important pour vous.

Mais attention, il se peut qu’elles changent et c’est bien normal. En revanche, si vous avez du mal à choisir vos priorités, vous risquez d’avoir du mal à agir.

Je vais vous montrer à l’aide d’un exemple de vie privée comment cela se passe.

Mon projet (ou objectif): nourrir ma famille ce soir.

Mon choix de priorités:

  • faire un repas équilibré
  • faire un repas rapide à préparer
  • faire un repas qui entraîne peu de nettoyage après
  • faire un repas économique

Dans tous les cas, je m’y engage, ma famille sera nourrie: objectif atteint.

Mais il faudra que j’accepte que je ne pourrai peut-être pas tout avoir à la fois: une cuisine propre en permanence, un porte monnaie bien plein et un repas prêt en 10 minutes.

Parfois, parce que d’autres projets viennent s’ajouter (réunion de parents d’élèves ce soir-là, mettons), les priorités devront être modifiées. Le repas sera nécessairement moins économique ou moins équilibré.

En tout cas, ce sont les actions, « passées au filtre » de mes priorités, que je pourrai gérer, c’est-à-dire décider de réaliser à tel moment, de telle façon, avec tel outil etc.

Exemples d’actions possibles selon mes priorités: jeter un oeil dans ma réserve pour cuisiner exclusivement à partir des produits qu’elle contient, commander une pizza, recycler des restes d’hier,…

A retenir de cet article: Ce ne sont pas les priorités que l’on gère, mais les actions.

Encore faut-il, me direz-vous, avoir une vision claire et complète des actions possibles pour tous les projets de façon à pouvoir choisir quoi faire et quand le faire. Vous trouverez astuces et méthodes dans cet article (comment je gère tout ce que j’ai à faire) et celui-ci.

Pour compléter votre lecture:

On parlait déjà ici de ce qu’il faut faire quand les projets s’accumulent.

Et si l’idée de vous former à une méthode d’organisation solide vous titille, regardez par ici. Ou bien, procurez-vous la « bible » de l’organisation.

7 Commentaires

Classé dans Organisation au travail, S'organiser à la maison

Désencombrement express: écharpes et foulards

via Prima

via Prima

Je ne sais pas par chez vous, mais ici, il commence à faire drôlement frisquet le matin. Du coup, j’ai jeté un oeil (critique, forcément critique) sur mes écharpes et foulards, que j’avais gaiement mis de côté quelque temps après mon défi 333.

Ce qui m’a donné l’idée du désencombrement express que je vous propose aujourd’hui.

POSTULAT DE DÉPART

Si l’ornement (pour faire plus court que « foulards z’et écharpes ») dessert votre image de marque, il doit partir vers de nouveaux horizons.

  • Il est chaud? Je ne veux pas le savoir.
  • Il est récupéré de Pierre, Paul ou Jacqueline? M’en fous.
  • Il est original? Ca ne suffit pas à le garder.

Ah oui, c’est comme ça, on ne rigole pas avec son image de marque.*

Je crois qu’il est temps, avant d’aller plus loin, que l’on se mette d’accord sur cette notion d’image de marque, … de look, disons. Une femme (mais c’est pareil pour un homme) qui se porte un minimum de respect et qui est amenée à fréquenter d’autres êtres humains devrait, à mon sens, faire attention à ne pas envoyer de faux messages la concernant. Qui souhaite projeter une image de négligence, manque de soin, manque d’entretien, manque de goût, vieillie avant l’heure, mauvaise mine pour cause de couleur mal choisie? Personne.

Pour résumer: originalité, oui, si on aime ça. Mocheté, non. Et ça n’a rien à voir avec les moyens financiers.

J’avais abordé la question de notre aspect visuel lors du désencombrement express de mes bijoux fantaisie. Et des sous-vêtements. Et des chaussures. Et des sacs à main. Vous sentez comme une tendance, là?

 

DÉMARRAGE OFFICIEL DU DÉSENCOMBREMENT

Gardant mes remarques en tête, et vous répétant en boucle « je vaux mieux que ça, ce truc ne me mérite pas » partez à la chasse des ornements qui vous nuisent.

Quelques pistes? L’écharpe en acrylique de chez M&H qui bouloche à l’infini, le snood qui gratte (voir photo) , le foulard qui mémèrise, le machin pseudo-ethnique/paréo/nappe de pique-nique… on a l’embarras du choix. Cela dit, que celle qui n’a jamais fait d’erreur de shopping nous jette la première pierre.

Mettons-les donc de côté pour les donner ou pour bourrer un… comment on appelle ça… l’espèce de boudin qu’on met derrière la porte, au sol, pour bloquer les courants d’air, vous voyez? Ca et vos vieux collants, ce sera parfait.

* Je tiens à informer les nouveaux lecteurs de ce blog que je suis connue en général pour ma diplomatie et que ce style « adjudant »  est plus destiné à vous faire sourire qu’à vous faire peur.

15 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

S’organiser pour prendre soin de ce que l’on possède

vwPrendre soin de ce qu’on possède. Pourquoi est-ce important? Parce que:

- une négligence peut être dangereuse pour soi ou les autres

- une absence de planification ou un choix fait à la va-vite peut entraîner des coûts supplémentaires

- c’est plus facile, rapide et efficace de prendre des mesures avant la catastrophe que pendant.

Je sais, c’est du bon sens, mais j’ai mis des années à « percuter » dans certains domaines. Alors, si je peux vous éviter les mêmes erreurs…

1- Notre corps

J’ai déjà eu l’occasion d’en parler ici: notre corps est important. Plus que ça: son bon fonctionnement est indispensable à une vie réussie.

En matière d’organisation de votre santé, il s’agit de planifier. Ne passez pas à la trappe vos contrôles de vue, prises de sang, mammographies et autres. Bien que mon ordonnance de prise de sang voyage dans mon sac à main depuis quelques semaines, parce que je déteste sortir de chez moi à jeun (je sais, c’est bête), je sais que je vais tout de même y aller. D’autres détestent aller chez tel ou tel spécialiste pour des raisons tout aussi peu valables que les miennes.  Mais, dans tous les cas, il vaut mieux ne pas trop repousser.

La plupart des soucis de santé, pris à temps, ont toutes les chances d’être soignés facilement et à moindre frais. A vos agendas.

2- Notre corps-bis

Fruits et légumes de saison, céréales complètes, huiles végétales de bonne qualité… tout n’est pas bon marché parmi ce qu’on devrait manger pour bien se porter. Mais allez voir les vidéos des conférences du professeur Joyeux et laissez-le vous expliquer comment on fabrique une maladie de longue durée à partir de ses habitudes de vie.

En faisant des choix judicieux, en planifiant ses menus et restant le nez collé sur notre liste de courses, on peut se nourrir de façon saine pour le même budget nourriture. Essayez. Les bénéfices à long terme n’ont pas de prix.

3- Notre voiture

Une révision passée à la trappe, des pneus bas de gamme, le contrôle du niveau d’huile oublié… ce sont des coûts à l’horizon. Dans ma folle jeunesse, j’ai ainsi tué sous moi ma Coccinelle (la même que sur la photo, là-haut – soupir) faute d’avoir mis un peu d’huile moteur régulièrement. Pas très malin. Entretemps, mon manque d’attention à l’aspect sécurité a dû faire de moi un danger potentiel sur la route. J’en frémis rétrospectivement.

Je mentionne en passant que si vous voulez revendre votre véhicule, il vaut mieux qu’il soit en bon état. Moi, je n’ai pas pu la revendre, ma première voiture. Alors, ça y est? je vous ai convaincu(e) d’inscrire « vérifier niveau d’huile et pression des pneus » sur votre agenda?

4- Notre maison

Dégâts des eaux pas vraiment réparé, jardin laissé en friche, robinets qui fuient doucement, appareils ménagers non entretenus, tout cela dégrade lentement la valeur de votre sweet home. Et risque de vous coûter bien plus cher à la longue que ce que vous croyez.

En planifiant les travaux d’entretien de façon à les étaler dans le temps et les réaliser au moment propice, vous économisez de l’argent et gérez votre énergie. Car tout le monde n’a pas la chance de participer à une émission de home staging pour rattraper en une semaine des années d’inaction.

Concrètement, écrire « faire un lavage à vide à température maximum pour lave-vaisselle et lave-linge avec produit adapté* », ce n’est pas très compliqué et ça vous économisera des sommes pharaoniques en réparation.

Là encore, en cas de revente ou de fin de location, il vaut mieux que votre logement ne donne pas trop lieu à négociations. Personnellement, j’ai déjà planifié la remise en état de mes bords de fenêtres l’année prochaine (maintenant que je sais comment faire)!

 Vous avez d’autres situations où votre organisation vous a permis d’échapper à une grosse dépense ou un pépin? Partagez donc dans les commentaires.

* avec des cristaux de soude, du vinaigre d’alcool, ou du bicarbonate de soude, par exemple

Mise à jour lundi 6 octobre: ça y est,  grâce à cet article, j’ai eu le courage (faut pas exagérer, Laurence!) d’aller me faire piquer.  Avec deux conséquences sympathiques: 1) S’engager sur un blog reste un bon moyen de se pousser à l’action. 2) J’ai appris que « si tout le monde avait des veines comme les vôtres, p* » est un compliment.

14 Commentaires

Classé dans Mon avis, S'organiser à la maison

Faire des listes risque-t-il d’affaiblir ma mémoire?

ne pas oublier

C’est Nat qui pose cette question. En effet, retenir une liste de courses ou des choses à faire semble un exercice salutaire à qui se soucie de la vivacité de ses neurones.

C’est exact, jusqu’à un certain point.

D’abord, notre mémoire à court terme n’est capable de retenir, en moyenne que 5 à 9 items. En sachant qu’il faut être attentif au moment où on « fait entrer » la liste à apprendre. La moindre interruption, et hop, ça s’envole (mère de famille nombreuse et travailleurs en open space, vous savez de quoi je parle).

Puis, il faut créer un sens à ce qu’on veut mémoriser (à l’aide d’images mentales, de rimes, d’associations…).

Ensuite, pour que ces mots (ou chiffres, ou objets), restent en mémoire jusqu’à ce qu’on en ait besoin, il faut répéter et réviser.

Autrement dit, pour mémoriser une liste de course composée de quelques éléments, il y aura un peu d’effort à déployer, mais pas vraiment de problème. Mais les quelques 120 items qui composent le caddie hebdomadaire d’une famille de cinq personnes… c’est une autre affaire.

Et quant à se souvenir au bon moment de toutes nos tâches, ce n’est guère mieux. Vous avez remarqué comme on se rappelle des choses à faire quand ce n’est pas le moment?

De plus, si vous tentez de garder en permanence à l’esprit toutes vos tâches + vos courses + ce qu’on vous a dit + les infos du jour, la seule chose qu’il va vous arriver, c’est la surchauffe: les informations tournent dans votre tête. Concentré(e) sur « faut pas que j’oublie », vous percevez moins bien ce qui vous entoure.

C’est ici que la liste entre en jeu. Parce qu’elle vous permet de matérialiser ce qui papillonne en désordre dans votre tête, elle vous rend plus disponible pour capter ce qui arrive autour de vous. Et, paradoxalement, rend votre mémoire plus efficace parce qu’elle limite les auto- interruptions mentales du type « ah oui, il y a ça aussi… ».

memory

Les enfants nous battent au jeu du mémory: ils sont plus attentifs

Pour finir,  si vous souhaitez entretenir votre mémoire, voici quelques attitudes à adopter (ou conserver):

- jouer. Aux cartes, par exemple. Idéalement avec des amis (mieux qu’avec un écran)

- apprendre chansons et poésies

- rester curieux et attentif avec tous vos sens

- soigner votre corps (le cerveau en fait partie, vous vous souvenez?): activité physique et nourriture variée

Vous ne saviez peut-être pas que j’anime des formations et des conférences sur ce thème. Intéressé(e)? Le planning des formations est ici.

 

20 Commentaires

Classé dans Organisation au travail, S'organiser à la maison

Idée originale: le tableau à chaussettes orphelines

Nous subissons tous la malédiction de la chaussette orpheline. Comment faire pour vérifier si celle que l’on vient de trouver peut s’apparier avec une orpheline de la lessive précédente? En jetant un oeil sur ce tableau. Simple, non?

chaussettes orphelines

25 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison